avr 26

Un été pourri

Un été pourriDu « Gouffre aux chimères » aux « Hommes du Président », en passant par « Absence de malice » ou « L’année de tous les dangers », le journaliste est devenu très populaire au cinéma. Il est considéré comme une sorte d’ultime héros et d’aventurier contemporain. « Un été pourri » démystifie un peu les choses — tout en restant un bon et très classique thriller — et montre qu’il y a danger à trop jouer avec le feu.

Pour obtenir le scoop informatif à tout prix, jusqu’où peut-on aller trop loin ? Le héros d’« Un été pourri », interprété superbement par Kurt Russell (« New York 1997 » de John Carpenter ou « Silkwood » de Mike Nichols), se trouve soudain prix au piège. Brave petit reporter de province américaine, il fait un papier sur le meurtre d’une jeune fille. Le papier plaît au tueur psychopathe qui décide de le prendre pour confident et de lui annoncer à l’avance les circonstances de ses prochains crimes… Le rédacteur en chef est ravi, la police plus circonspecte, mais Malcolm le petit journaleux garde le contact. D’abord, il a le sentiment d’être pris au piège malgré lui et de rendre service mais, très vite, il est enivré par le succès et perd tout sens des vraies valeurs.
Ne devient-il pas, objectivement, complice des meurtres ? Une nouvelle fois, le cinéma américain fait réfléchir en divertissant.

Willie Boy

Classique chasse à l’homme dans l’univers du western à l’état pur cow-boys et peaux rouges comme s’il en pleuvait ! Un Indien du nom de Willie Boy tue le père de sa fiancée. Ça frise la tragédie grecque. Meurtre rouge sur territoire blanc, la tête de Willie Boy est mise à prix et il ne doit son salut qu’a la fuite en avant. Robert Redford est à la tête des chasseurs de Willie Boy et ce dernier étant mêlé à une tentative d’assassinat d’un politicard pas tocard, les redresseurs de torts sont sur les dents. Willie Boy étant plus sympathique que la horde sauvage de ses poursuivants, il est difficile d’admettre que le King Redford joue les shérifs assermentés. C’est pourtant la triste réalité : le Sundance Kid se refait une réputation en passant du côté des justiciers. Heureusement que son charisme et ses yeux acier lui permettent tout.

avr 15

Retour sur Sang pour sang (blood simple)

Sang pour sangA coup sûr, voici un des films les plus étonnants des dernières années. Amateurs d’insolite, vous vous régalerez avec ce thriller mystérieux, cocktail d’humour et d’épouvante. Au départ, un cadavre qui disparaît : il s’ensuivra le plus invraisemblable enchaînement de quiproquos et de malentendus qu’on ait vu dans une série noire. Entre le détective privé-tueur à gages qui prétend qu’il a tué, celui qui fait disparaître les traces d’un crime qu’il n’a pas commis en croyant innocenter sa femme, les scènes de grand guignol se succèdent (avec l’inévitable mort récalcitrant qui refuse de se laisser enterrer et qu’il faut achever à coups de pelle !). On s’achemine vers le clou du spectacle : la jeune femme poursuivie par le méchant et porcin détective privé (extraordinaire M. Emmet Walsh) et qui finira par lui « épingler » la main au couteau à travers l’embrasure d’une fenêtre. Le tout sur quelques allègres refrains, nerveusement filmé par une caméra qui multiplie les angles bizarres, avec des couleurs vives et contrastées, a tout ce qu’il faut pour devenir un « film-culte ».

Le flic de Beverly Hills

Le flic de Beverly Hills« L’as des as » version US. Un policier fait sur mesure pour Eddie Murphy, cantonné à tout jamais dans les rôles de Noir drôle et sympathique qui bouscule les conventions vis-à-vis des Blancs. Axel Fowley (Eddie Murphy) est policier. Envoyé sur une piste à Beverly Hills par un concours de circonstances que je me garderais bien de vous raconter, il se trouve entraîné dans une série de péripéties burlesques. Le talent d’Eddie Murphy porte le film, comme il portait déjà « 48 heures » ou « Un fauteuil pour deux ». Le phénomène Murphy aux Etats-Unis marche fort. Il marche fort en France également. Il faut reconnaître que le cocktail explosif humour-insolence-irrévérence et l’impossible dégaine d’Eddy Murphy en font un acteur tout à fait exceptionnel.