juil 22

Black power partie 1

Quoi de plus banal qu’un magnétoscope. Noir ou gris, en fer ou en plastique, la machine a pour principale fonction de conduire le déroulement dune bande magnétique qui vous restituera, sur l’écran d’un téléviseur, un film que vous avez choisi et que vous pourrez regarder à l’heure de votre choix. Pourquoi, direz-vous, se soucier de la marque, du design ou de ces diableries de gadgets dont vous assommez le constructeur pour justifier la perpétuelle augmentation de ses tarifs !
magnétoscope black power
Ainsi parlait le conducteur de 2 CV, qui, habitué à se déplacer d’un point A à un point B sans jamais y mettre d’affectation, ignorait que les possesseurs de Porsche ou de Ferrari ont une relation toute différente avec leur véhicule. Entre le point A et le point B de leur destination, Ferraristes et Porschistes passant par un genre de point G (voir notre article dans le dernier numéro) qui les propulse tout droit dans l’extase. Il en est des magnétoscopes comme des automobiles. Il y a les « utilitaires » communément appelles bas de gamme et il y a les must, les top-niveau, ceux qui doublent leur fonction utile, d’une fonction plaisir, aussi bien au sens tactile qu’au sens cérébral du mot. Comme le JVC HRD 725S, l’AkaÏ VS 603S fait partie de la race des seigneurs. Par l’ensemble de ses qualités et de ses capacités comme par son design, il est un appareil hors du commun.

Le look: ligne basse, encombrement réduit (44 x 10 x 37 cm), poids raisonnable (10 kg), il jouit d’un design totalement high tech, du meilleur goût, et il est habillé non de méchant plastique, mais de métal noir anodisé. La façade, à chargement frontal, est technico-élégante et ne mérite aucune critique. Il est évident que ce look doit s’assortir d’un téléviseur approprié, de génération récente pour une bonne harmonie de votre coin vidéo. Mais vous pouvez tout aussi bien (et c’est notre conseil) installer ce scope dans votre ensemble hifi, puisqu’il à une réelle vocation de magnétophone.
Les branchements : ils sont simples et pratiques. L’AkaÏ VS 603 S est muni sur la face arrière d’une sortie péritélévision qui regroupe donc sous le même câble l’entrée/sortie audio aussi bien que vidéo. Par ailleurs, 4 prises de type RCA séparées (entrée/sortie audio + entrée/sortie vidéo) directement branchées sur le tuner du magnétoscope, permettent de se raccorder à un décodeur Canal +, pour enregistrer cette chaîne soit avec le téléviseur éteint, soit en regardant un autre programme. Rappelons en la matière que AkaÏ fut le premier constructeur à concevoir des appareils directement compatibles Canal +, pour le plus grand plaisir des anti-bidouilleurs (dont je fais partie…). Toujours sur le panneau arrière, remarquons – entre l’entrée et la sortie antenne – un petit bouton poussoir qui permets d’atténuer le signal vidéo (et donc d’éviter toute saturation) lorsque vous vous trouvez à proximité d’un émetteur. Comment caler le tuner sur les chaînes TV? Un scanner le fait automatiquement. Il vous suffit de mettre chaque chaîne en mémoire dès que le scanner s’arrête dessus (16 canaux peuvent être ainsi préréglées).

juil 07

Les escrocs ont plus d’un tour dans leur sac !

L’impunité comme salaire de l’intelligence malicieuse, telle est la règle du jeu. Une trouvaille de Warren Beatty, organisateur d’un fabuleux hold-up dans « Dollars », est que la police reste complètement hors du coup puisque les victimes de son prélèvement sélectif sont des escrocs qui ne peuvent, et pour cause, porter plainte ! En conséquence de quoi ces braves gens règleront leurs problèmes en famille — et ils sont bien plus dangereux que des policiers… Le jeu du chat et de la souris est l’occupation favorite des grands escrocs et des limiers lancés à leurs trousses.
affaire Thomas CrownDans « L’affaire Thomas Crown » Steve McQueen est un banquier prospère qui organise par désœuvrement un hold-up parfait de sa propre banque. La police serait bien incapable de le confondre, aussi la compagnie d’assurances lui envoie une séduisante détective, en la personne de Faye Dunaway, qui en sera d’ailleurs pour ses frais, le rusé sachant déjouer toutes ses manœuvres, Les escrocs ont plus d’un tour dans leur sac ! Eux aussi, ce sont des héros, ils sont sympathiques au public parce qu’ils se jouent souverainement de la loi et des contraintes sociales, symbolisées évidemment par la police. Si Fellini a montré des escrocs minables dans «Il bidonne », la plupart ont le panache d’un Jean-Paul Belmondo.
On part du principe que les victimes méritent bien leur sort, en raison de leur stupidité. Au temps de la Nouvelle Vague, un film a sketches a même chanté « Les plus belles escroqueries du monde ». Il fallait voir Francis Blanche en Bavarois naïf qui se laissait convaincre d’acheter la tour Eiffel ! Avec des aigrefins aussi malins, c’est toujours la même chose : quand la police arrive, il est trop tard. Et encore faut-il qu’elle arrive, qu’elle ne se soit pas perdue en route…

Le théâtre de Guignol nous enseigne depuis l’enfance cette vérité essentielle : se moquer du gendarme est une des grandes consolations de l’existence. Le cinéma primitif appliquait déjà cette leçon en parsemant ses films d’énormes policemen que les garnements faisaient tourner en bourrique : des agents persécutés par Charlot aux escouades de flics de Mack Sennett, les fameux Keystone Cops, on en vient au cauchemar surréaliste de Buster Keaton dans « Cops », le petit homme poursuivi par tous les policiers de Chicago, qui donnera plus tard des idées à John Landis pour les « Blues Brothers ». De ces burlesques facétieux découle une longue, une inépuisable famille de flics ridicules, incapables, impuissants, inefficaces et incompétents. Le prototype existe dans la bande dessinée, ce sont les célèbres Dupond et Dupont, ces ânes bâtés à bottines a clous, épaisses moustaches et chapeaux melons — dont le plus époustouflant succédané est le stupidissime inspecteur Jacques Clouseau, l’homme à la panthère rose, qui fournit au génial Peter Sellers l’occasion de sa plus hilarante performance. La où Clouseau passe, les catastrophes se declenchent inévitablement, réussit à tout obscurcir, à tout emmêler. La police, quand c’est lui qui l’incarne, ferait mieux de ne rien faire du tout ! Hélas, pour elle, Clouseau est incontournable. Dans les histoires de détectives prives, il faut toujours un repoussoir : pour que brille le surdoué Sherlock Holmes, il faut bien que Scotland Yard soit représenté par le bêta inspecteur Lestrade. Le prestige d’Arsène Lupin exige un stupide Ganimard. On peut citer aussi, modèles de ce genre ahuri, les enquêteurs du Yard dans les deux épisodes de « L’abominable Docteur Phibes », frappés de stupeur devant les délirants forfaits du monstrueux criminel.

L’exception à cette règle, c’est Hercule Poirot : avec le melon et les moustaches dignes des Dupondt (il est d’ailleurs belge comme eux) il sauve l’honneur de la police en jouant malicieusement de son apparence balourde ! Mais n’oublions pas les fantaisistes brigades de Jean-Pierre Mocky, comme la Brigade de surveillance des églises dans « Un drôle de paroissien », dans la plus pure tradition des policiers burlesques et incapables. Faut-il souhaiter des flics plus malins ? On se le demande quand on rencontre des personnages comme Hank Quinlan, Orson Welles lui-même dans « La soif du mal », ce commissaire qui truque les enquêtes et fabrique des preuves pour coincer les suspects qu’il a choisis.
C’est l’ancêtre d’une longue galerie de flics manipulateurs, brutalisant volontiers les citoyens, qui fourmillent dans les films contestataires des années 70: Michel Bouquet dans « Un condé », Gian-Maria Volonté dans « Enquête sur un citoyen au-dessus de tout soupçon »… N’auront-ils pas un émule, si savoureux soit-il, dans l’inspecteur Lavardin que joue Jean Poiret pour Claude Chabrol ? Et si la frontière n’est jamais très nette entre la légalité et l’illégalité, on a même rencontré (au cinéma) des policiers franchement corrompus. Eh oui, des pourris, des « Ripoux » comme dirait Claude Zidi. Voila donc ce que ferait la police ? Allons, voyons, c’est du cinéma…